Belle Arabelle (La)

La Belle Arabelle

.

La Belle Arabelle

Guy Lafarge
1904 -1991

I. L’ARGUMENT
II. LA PARTITION
III. FICHE TECHNIQUE
IV. DISCOGRAPHIE
V. RÉFÉRENCES

Articles associés

ARTISTES ASSOCIEES
Guy Lafarge

REVUES ASSOCIEES
Revue n°51

 

La Belle Arabelle :


Les Frères Jacques ont connu le succès dès 1946, année au cours de laquelle ils passent à l’ABC. On se souvient de leur costume dessiné par Jean-Denis Malclès : collants bicolores avec gilets, gants blancs, chapeaux-claques et moustaches. Sur scène, on les rencontre plus souvent dans les théâtres que sur les scènes de music-hall, car leurs chansons sont en fait de véritables saynètes avec chacune une mise en scène originale. Leur talent a été reconnu par tous, même par ces beaux esprits qui, par exemple, considèrent l’opérette comme un genre mineur. Aussi, lorsque les Frères ont été sollicités pour créerLa Belle Arabelle, on a pu remarquer à l’époque quelques pincements de nez significatifs. Pensez-donc, mettre tant de talent au service d’une opérette ! Mais dans l’ensemble, l’accueil a été excellent.

Ainsi, le 4 octobre 1956, le théâtre de la Porte Saint-Martin accueillait les Frères Jacques vedettes de cette Belle Arabelle que l’excellent compositeur Guy Lafarge, aidé par Pierre Philippe, l’accompagnateur attitré des Frères, avait concocté pour eux avec le concours de Francis Blanche et Marc-Cab pour les paroles.
Curieusement, la même année, un groupe non moins célèbre mais au style différent, Les Compagnons de la Chanson, s’investissait également dans l’opérette : Minnie-Moustache de Georges Van Parys à la Gaîté-Lyrique.

La Belle Arabelle devait tenir l’affiche jusqu’aux grandes vacances 1957. Les Frères Jacques sont partis vers d’autres succès, mais l’ouvrage leur a longtemps survécu. Ultérieurement, le livret a été adapté (les frères ne sont plus que trois dans la version 1972)… Actuellement La Belle Arabelle n’est plus, et il faut le regretter, inscrite au répertoire des théâtres de l’Hexagone.

L’ARGUMENT :


Acte I : À bord de « La Belle Arabelle », une vieille péniche que leur a léguée un oncle, quatre frères, Jacques (André, Alfred, Arsène et Arthur), parcourent la France de canaux en canaux. Ces joyeux garçons s’arrêtent ici et là, et présentent leur loterie foraine dans les kermesses… Ce jour-là, à Ourcq-sur-Oise, leur petite vie tranquille est troublée par d’étranges événements. Tout d’abord, un inconnu s’efforce de leur acheter très cher « La Belle Arabelle », qui, pourtant, ne vaut pas grand-chose. Puis, la nuit venue, ils sauvent de la noyade, une adorable, mais mystérieuse jeune fille, qui tentait de se suicider. La jeune fille affirme ne plus se rappeler qui elle est, ni d’où elle vient. Les frères lui choisissent le prénom de Chou. Ils en deviennent aussitôt amoureux et chacun d’eux essaie, à sa manière, de se faire valoir à ses yeux. Ils lui présentent Henri, un de leurs amis, forain comme eux. C’est un jeune, sympathique et beau garçon. Chou est jolie, gracieuse en un mot adorable. Coup de foudre réciproque.

Au cours d’une promenade, Chou avoue à Henri qu’elle se prénomme Isabelle. Elle vit avec son tuteur, le marquis Fabien de Malprennant-Pastif, qui tient absolument à lui faire épouser son crétin de fils. Pour échapper à ce mariage, elle a préféré s’enfuir. Isabelle apprend également à Henri qu’elle ne souvient plus de son enfance. Le dernier jour de la kermesse à Ourcq, le marquis réussit à enlever Isabelle dont il a retrouvé la trace. Les quatre frères et Henri jurent de la délivrer.

Acte II : Effectivement nos détectives amateurs retrouvent la trace de Chou. Ils pénètrent dans la demeure du marquis, et sous la menace, l’obligent à parler. Ils apprennent ainsi que leur protégée est l’héritière des Princes de San Sévérino. Lors de l’abdication du Prince Tristan IV, le marquis a réussi à se faire nommer tuteur de la Princesse Isabelle, alors enfant. Puis il l’a emmenée en France, avec le dessein de lui faire épouser son fils Conrad, dès qu’elle serait en âge d’être mariée. Seul, le comte Ludovic de Sentis del Castro, le vieux chambellan, a tenté de s’opposer aux desseins du marquis. Il a réussi à cacher le trésor princier appartenant à Isabelle. Les frères emmènent Chou à Montfort-l’Amaury, dans la propriété du grand-père d’Henri. Et c’est là qu’ils vont apprendre la fin de l’histoire.

Le grand-père d’Henri est en réalité le vieux chambellan. Il a caché le trésor dans les flancs de « La Belle Arabelle » sous des sacs de ciment, en prenant soin de les laisser durcir, sous la pluie. Henri était chargé de surveiller le trésor et pour ce faire, de suivre l’itinéraire de la péniche. Grâce à ses amis, Isabelle retrouve le souvenir de son enfance. Tout peut donc se terminer dans la bonne humeur. Le marquis est définitivement mis hors d’état de nuire. Isabelle retrouve sa fortune et son trône et peut épouser Henri.
Les quatre frères, abandonnant leur idée de conquérir Chou, reprennent leur vie errante, de canaux en canaux.

LA PARTITION :


 Acte I : Chœur d’entrée « Près de Paris » ; Chanson de la colle au pinceau (les frères) ; Chanson de Domino ; Couplets de la loterie (les frères) ; « Petite amie sauvée des eaux » (les frères) ; Trio des arts ménagers (les frères puis Isabelle) ; « Je n’savais pas qu’un ange » (Domino, Henri) ; « La belle Arabelle » (Les frères) ; « Au fil de l’eau » (Isabelle) ; « J’emmène les gendarmes » (les frères) ; Final 1

   Acte II : Prière à Sainte-Euphrasie (Isabelle) ; Polka des conjurés ; « La marche des Ballancourt » (les frères) ; « Les boîtes à musique » (les frères) ; Ensemble du jugement ; Final 2

FICHE TECHNIQUE :


La Belle Arabelle

Comédie musicale en 2 parties de Francis Blanche et Marc-Cab, musique de Guy Lafarge et Pierre Philippe ; mise en scène de Yves Robert.

Création, Paris, théâtre de la Porte Saint-Martin, le 4 octobre 1956. Avec :
Lucie Dolène (Chou/ Isabelle), Jeannette Batti puis Annick Baugé (Domino), Lydie Dubourg (Marie-Anne), Hélène Baron (Marie-France), Jacqueline Fontell (Marie-Claire), Les Frères Jacques (André, Alfred, Arsène, Arthur), Francis Blanche (Crinquoin), Robert Piquet (Henri), Robert Verbeke (Magnard), Orbal (Le Marquis), Bernard Régnier (Conrad de Malprennant-Pastif), Louis Blanche (Ludovic), Le Person (Guigui), Sylvain (Lantier). Orchestre, direction Pierre Philippe.

DISCOGRAPHIE :


Sélections

1 disque 45 T Philips 432138 NE (5 airs chantés par les Frères Jacques).

1 disque 45T RCA 45048 (airs chantés par Catherine Maisse)

Deux disques 45T RCA 76034 et 76035 : enregistrement orchestral par le  » Trio Musette de Paris « 

 Vidéo

 Raoul Delfosse, Raymond Bussieres, Colette de Varga, Marie Claude Mestral, Jacques Ciron, Christine Aurel, Renée Dennsy, Ida Savignac, Nicole Berger, Pierval, Lucien Baroux/,Jean Michel Audin, Marthe Toulouse, Ghislaine Dumont, Claude Jenner, Martine de Breteuil, Hélène Garaud, Gaston Orbal, Les Garçons de la Rue-groupe, Petit Bobo-acteur ; dir. Andre Grassi,
1964  INA VIDEO La belle Arabelle

© Académie Nationale de l’Opérette août 2016