Isouard Nicolas

nicolo

.

NICOLAS ISOUARD

1775 – 1818

I. BIOGRAPHIE
II. REFÉRENCES
III. OEUVRES

Articles associés

REVUES ASSOCIEES

Revue n°88

BIOGRAPHIE :


Nicolas Isouard, souvent appelé Nicolò est né à Malte le 6 décembre 1775, de parents français, grands amateurs d’opéra. Il commence à étudier l’orgue et la théorie de musique avec Michelangelo Vella et Francesco Azzopardi. Il se familiarise avec l’opéra italien dès son enfance.

rendez-vousIl monte une première fois à Paris (1787) pour préparer le concours d’entrée de de l’Ecole d’Artillerie Navale. Dans la capitale, il s’intéresse plus au théâtre lyrique qu’à ses études. La révolution de 1789 le fait revenir auprès de ses parents qui lui achètent un commerce. Mais le jeune Nicolò préfère poursuivre ses études musicales. Il n’a pas 18 ans lorsque est créé son premier opéra Casaciello Persiguitato da un Mago (La Valette, 1793). Le second, L’Avviso ai mariti (Florence, 1794, repris à l’étranger) est suivi par plusieurs autres œuvres dont Artaserse (1794).

Lors d’une escale de l’expédition française napoléonienne à La Valette, il fait la connaissance et se prend d’amitié pour le pianiste Henri-Jean Rigel.

Quelques années plus tard (1800), Nicolò s’établit définitivement à Paris où Rigel le présente au célèbre violoniste et compositeur Rodolphe Kreutzer. Grâce à ce dernier, il est immédiatement joué à l’Opéra-Comique. Il compose une trentaine d’œuvres lyriques pour ce théâtre dont il devient le plus brillant représentant, Boieldieu étant alors en Russie.

Parmi ses compositions citons Les Rendez-vous bourgeois (1807) dont tous lesnicolo morceaux de la partition sont très bons, notamment l’ouverture, le quintette, le rondo « alla frullana » et deux ravissantes romances, l’une, innocente, de Louise, l’autre pleine de forfanterie bouffonne, de César. Cendrillon est un joli conte de fées (1810, Jeannot et Colin (1814) un opéra-comique très réussi, et Joconde (1814) est considéré comme son chef d’œuvre.
Au retour de Boieldieu, son succès diminue, mais il collabore avec lui.

Son style, influencé par ses études à Naples, est toutefois essentiellement français : don mélodique, sens du théâtre, esprit vif et piquant, il a tout pour plaire et il poursuit la tradition saine, élégante et simple du XVIIIe siècle. Ajoutons que ses ouvrages témoignent d’un goût et d’un savoir faire rare, y compris dans le choix des livrets.

Nicolò meurt à Paris le 23 mars 1818.

REFERENCES :


Vous retrouverez  Nicolas Isouard dans  » Opérette  » n° 88.
Si vous ne possédez pas ce numéro, vous pouvez le commander à l’ANAO (voir la page Anciens numéros).

OEUVRES LYRIQUES :

Nota : Bien que « Opérette » et son site s’intéressent essentiellement au théâtre lyrique de divertissement (opérette, opéra-comique, comédie musicale…), il nous a semblé utile, à des fins de référence, de donner, dans le(s) tableau(x) ci-dessous, la liste la plus précise et complète possible des oeuvres lyriques de ce compositeur, en y incluant ses ouvrages dits « sérieux » (opéra, drame lyrique…)

Légende : o = opéra, oc = opéra-comique, ob = opéra bouffe, obf = opéra bouffon, o ser = opera seria, o buff = opera buffa, dr gioc = dramma giocosa, caa = comédie avec ariettes, o fée = opéra féerie, div = divertissement
Le chiffre indique le nombre d’actes

Création

Titre

Auteurs

Nature

Lieu de la création

1793

Casaciello Persiguitato da un Mago

?

o

Malte, La Valette

1794
printemps

Avviso a Maritati (L’)

Gonella (Francesco)

o 3

Italie, Florence, Teatro Pergola

1794

Artaserse, re di Persia

?

o ser

Italie, Livourne

1796

Barbiere di Siviglia (Il)

?

o buff

Malte

1796

Rinaldo d’Asti

?

dr gioc

Mlate

1796

Improvvista in campagna (L’)

?

o buff

Malte, La Valette

1797

Due avari (I)

?

[1]

Malte

1798

Bottaio (Il)

?

oc 1

Malte

1798

Barone d’Alba chiara (Il)

?

[1]

Malte

1798

Ginevra di Scozia

?

[2]

Malte

1800
15 fév

Petit page (Le), ou La prison d’état [3]

Pixérécourt (René Guilbert de)

caa 1

Paris, Feydeau (Th.)

1801
27 fév

Flaminius à Corinthe [3]

Pixérécourt (René Guilbert de), Lambert (L.T.)

o 1

Paris, Théâtre de la République et des Arts (Opéra)

1801
17 mai

Tonnelier (Le)

Delrieu (Etienne Joseph), Quétant (Antoine François)

oc 1

Paris, Feydeau (Th.)

1801
30 juin

Impromptu de campagne (L’)

Delrieu (Etienne Joseph)

oc 1

Paris, Opéra-Comique (Favart)

1802
11 déc

Michel-Ange

Delrieu (Etienne Joseph)

oc 1

Paris, Opéra-Comique (Feydeau)

1803
18 juin

L’impromptu de garnison [ou Une aventure de garnison], ou Le Baiser et la quittance [4]

Picard (Louis Benoît), Dieulafoy (Michel), Longchamps (Charles de)

o 3

Paris, Opéra-Comique (Favart)

1803
19 nov

Médecin Turc (Le)

Gouffé (Armand), Villiers (Pierre)

ob 1

Paris, Opéra-Comique (Feydeau)

1805
26 fév

Intrigue aux fenêtres (L’)

Bouilly (Jean-Nicolas), Mercier-Dupaty (Emmanuel)

ob 1

Paris, Opéra-Comique (Favart)

1805
26 mai

Statue (La), ou La femme avare

Hoffman (François Benoît)

o fée 1

Paris, Opéra-Comique (Feydeau)

1805
30 mai

Ruse inutile (La), ou Les rivaux par convention

Hoffman (François Benoît)

oc 2

Paris, Opéra-Comique (Favart)

1805
18 nov

Léonce, ou Le fils adoptif

Marsollier (Benoît Joseph)

oc 2

Paris, Opéra-Comique (Feydeau)

1806
8 fév

Prise de Passaw (La)

Mercier-Dupaty (Emmanuel)

oc 2

Paris, Opéra-Comique (Favart)

1806
24 avr

Déjeuner de garçons (Le)

Creuzé de Lesser (Augustin)

oc 1

Paris, Opéra-Comique (Favart)

1806
30 juil

Idala, ou La sultane

Hoffman (François Benoît)

oc 3

Paris, Opéra-Comique (Feydeau)

1807
9 mai

Rendez-vous bourgeois (Les)

Hoffman (François Benoît)

ob 1

Paris, Opéra-Comique (Favart)

1807
10 déc

Créanciers (Les), ou Le remède à la goutte

Vial (Jean-Baptiste)

obf 3

Paris, Opéra-Comique (Feydeau)

1808
24 mai

Jour à Paris (Un), ou La leçon singulière

Etienne (Charles Guillaume)

oc 3

Paris, Opéra-Comique (Favart)

1808
28 juin

Cimarosa

Bouilly (Jean-Nicolas)

oc 2

Paris, Opéra-Comique (Feydeau)

1809
25 avr

Zélomir, ou L’intrigue au sérail (L’)

Etienne (Charles Guillaume)

oc 3

Paris, Opéra-Comique (Favart)

1810
22 fév

Cendrillon

Etienne (Charles Guillaume)

o fée 3

Paris, Opéra-Comique (Feydeau)

1811
27 fév

Victime des arts (La), ou La fête de famille [5]

Estournel (d’)

oc 1

Paris, Opéra-Comique (Favart)

1811
31 mars

Fête de village (La) ou L’heureux militaire

Etienne (Charles Guillaume

div

Paris, Opéra-Comique (Feydeau)

1811
14 sept

Billet de loterie (Le)

Roger (Jean François), Creuzé de Lesser (Augustin)

oc 1

Paris, Opéra-Comique (Feydeau)

1811
4 nov

Magicien sans magie (le)

Roger (Jean François), Creuzé de Lesser (Augustin)

oc 2

Paris, Opéra-Comique (Feydeau)

1812
27 fév

Lully et Quinault, ou Le déjeuner impossible

Gaugiran-Nanteuil (Charles)

oc 3

Paris, Opéra-Comique (Feydeau)

1813
4 mars

Prince de Catane (Le)

Castel (René-Richard)

o 3

Paris, Opéra-Comique (Feydeau)

1813
14 juin

Français à Venise (Le)

Gensoul (Justin)

oc 1

Paris, Opéra-Comique (Feydeau)

1814
12 fév

Bayard à Mézières, ou Le siège de Mézières [6]

Chazet (André Alissan de), Mercier-Dupaty (Emmanuel)

oc 1

Paris, Opéra-Comique (Feydeau)

1814
28 fév

Joconde, ou Les coureurs d’aventures

Etienne (Charles Guillaume

oc 3

Paris, Opéra-Comique (Feydeau)

1814
17 oct

Jeannot et Colin

Etienne (Charles Guillaume

oc 3

Paris, Opéra-Comique (Feydeau)

1816
18 mars

Deux maris (Les)

Etienne (Charles Guillaume

oc 1

Paris, Opéra-Comique (Feydeau)

1816
11 mai

Une pour l’autre (L’), ou L’enlèvement

Etienne (Charles Guillaume)

oc 3

Paris, Opéra-Comique (Feydeau)

1817
17 mars

Deux capitaines de hussards (Les)

?

oc 1

Paris, Opéra-Comique (Feydeau)

1822
6 fév

Aladin, ou La lampe merveilleuse [7]

Etienne (Charles Guillaume)

o fée 1

Paris, Opéra (Le Peletier)

1827
29 sept

Nuit de Gustave Wasa (Une), ou Le batelier suédois [8]

Leber, Etienne (Charles Guillaume) (?), d’après Piron (Alexis

oc 2

Paris, Opéra-Comique (Feydeau)

[1] « commedia per musica »
[2] « dramma serio eroico »
[3] avec Kreutzer (Rodolphe)
[4] avec Boieldieu (François-Adrien), Méhul (Etienne-Nicolas), Kreutzer (Rodolphe)
[5] avec Solié (Jean-Pierre), Berton (Henri Montan)
[6] avec Boieldieu (François-Adrien), Catel (Charles Simon), Cherubini (Luigi)
[7] posthume, complété par Benincori (Angelo Maria)
[8] posthume (?) ;  selon certaines sources, ouvrage de Gasse (Ferdinand)