Mariage aux Lanternes (Le)

Le Mariage aux Lanternes

.

Le Mariage aux Lanternes

Jacques Offenbach
1819 – 1880

I. L’ARGUMENT
II. LA PARTITION
III. FICHE TECHNIQUE
IV. DISCOGRAPHIE
V. RÉFÉRENCES

Articles associés

ARTISTES ASSOCIEES
Jacques Offenbach

Le Mariage aux Lanternes :


Le 7 mai 1853 était créé à Paris, salle Herz, un opéra-comique en 1 acte de Léon Battu, musique de Jacques Offenbach : Le trésor à Mathurin.

Le Mariage aux Lanternes  Il ne reste ni livret, ni partition aujourd’hui de cette œuvre. Cependant, il est admis qu’il s’agit d’une première version d’un ouvrage, d’ailleurs baptisé opérette, également en 1 acte, créé le 10 octobre 1857 aux Bouffes-Parisiens : Le mariage aux lanternes. Ici, le livret , réécrit, porte les signatures de Léon Battu et Albert Carré.

Dans l’œuvre d’Offenbach, Le mariage aux lanternes, se présente comme un charmant tableau champêtre que Robert Pourvoyeur classe parmi les ouvrages « idylliques et rustiques » du compositeur : « Les rythmes folkloriques alternent avec des parties pastorales pleines d’atmosphères » (1).

Cette opérette obtint la consécration de la salle Favart le 4 décembre 1919 (au total 39 représentations jusqu’en 1950). La distribution réunissait : Mmes Syril (Denise), Moncy (Fanchette), Calas (Catherine), Victor Pujol (Guillot), Lys (le garde-champêtre). Direction musicale, Félix Hesse.

(1) « Offenbach » par Robert Pourvoyeur (Editions du Seuil, 1994)

L’ARGUMENT :


Le jeune paysan Guillot héberge sa cousine Denise que lui a confiée l’oncle Mathurin. Ce même Mathurin a promis à son neveu un trésor ce qui lui vaut d’être courtisé par deux accortes veuves Catherine et Fanchette. Il doit le découvrir au pied d’un arbre à l’heure de l’angélus et au même moment Denise doit trouver un époux.
Denise se croit repoussée par Guillot, alors qu’en fait, sous des aspects brusques, le jeune homme est en adoration devant elle. Le dénouement a bien lieu à la nuit tombante. L’angélus sonne. Guillot se rend compte que le trésor annoncé n’est autre que Denise. Happy-end : les fiançailles se dérouleront à la lumière des lanternes des paysans accourus.

LA PARTITION :


Ouverture – Rondeau « Que dirait l’oncle Mathurin » (Guillot, Denise) – Couplets « Mon cher mari » (Fanchette et Catherine) – Trio « Eh bien ! Guillot » (Guillot, Fanchette, Catherine) – Chanson à boire « Quand les moutons sont dans l’étable » (Guillot) – Duetto « Ah! la fine mouche » (Fanchette et Catherine) – Quatuor « Voici l’angélus qui sonne » (Guillot et Denise, Fanchette, Catherine) – Final « Messieurs, la pièce est terminée » (tous).

FICHE TECHNIQUE :


Le trésor à Mathurin
    Opéra-comique en 1 acte de Léon Battu. Musique de Jacques Offenbach. Création salle Herz le 7 mai 1853. Avec :
Mme Théric (Denise), Meyer-Meillet et Lemercier (les fermières), Sainte-Foy (Guillot)

Le mariage aux lanternes
Opérette en 1 acte de Michel Carré et Léon Battu ; musique de Jacques Offenbach. Création à Paris, théâtre des Bouffes-Parisiens le 10 octobre 1857. Orchestre, direction Jacques Offenbach. Avec :
Mme Mareschal (Denise), Dalmont (Catherine), Lise Tautin (Fanchette), Paul Geffroy (ou Geoffroy) (Guillot)

DISCOGRAPHIE :


Il a existé un enregistrement du Mariage aux lanternes par Les Petits Chanteurs de Monaco (1 vinyl MMO 90586).

Pour mémoire, notons que l’ex-ORTF a diffusé l’ouvrage sur France-Musique le 30 juillet 1987 avec Claudine Collart (Denise), Freda Betti (Catherine), Linda Felder (Fanchette), Joseph Peyron (Guillot), dir. Jean-Paul Kréder.

Thierry Maggi, Sébastien Borsari, Yannick Perret, Bruno Habert. Piano. Philippe Debat
MMO 90586 (1V) 

© Académie Nationale de l’Opérette août 2016