Misraki Paul

Misraki Paul

.

PAUL MISRAKI

1908 – 1998

I. BIOGRAPHIE
II. REFÉRENCES
III. OEUVRES

Articles associés

REVUES ASSOCIEES

Revue n°85
Revue n°110

BIOGRAPHIE :


Né à Constantinople, de nationalité française, le 28 janvier 1908, Paul Misraki compose dès l’âge de 7 ans une valse que sa mère note sur du papier à musique. Il effectue ses études au lycée Janson de Sailly où il fait la connaissance de Ray Ventura qui, déjà, a créé un petit orchestre amateur de jazz.
Paul Misraki consolide ses connaissances musicales auprès de Charles Koechlin et rejoint bientôt son camarade Ventura qui, avec ses « collégiens », commence une carrière originale de chef d’orchestre où les sketches et les divertissements interprétés par les musiciens eux-mêmes se succèdent à un rythme effréné. Il entre dans la troupe comme second pianiste et surtout comme compositeur-arrangeur-orchestrateur.

marquiseEn 1935 il compose la célèbre chanson « Tout va très bien, madame la Marquise » Suivront  » Insensiblement « ,  » Sur deux notes  » et des dizaines d’autres  » tubes « . Le compositeur écrira de nombreuses chansons pour Ray Ventura, notamment celles de plusieurs films musicaux interprétés par les « Collégiens » : « Feu de joie » (1938), « Tourbillon de Paris » (1941), « Mademoiselle s’amuse » (1947), « Nous irons à Paris » (1949), le mieux réussi, et « Nous irons à Monte-Carlo » (1951).

Si une première opérette de jeunesse, Amandine (écrite à l’âge de 16 ans), est restée dans un tiroir, la seconde Normandie (1936) connaît un vif succès aux Bouffes-Parisiens. Suivra Double six créée à Nancy (1937)

Pendant les années d’occupation, Paul Misraki, né dans une famille d’origine juive,normandie s’expatrie en Amérique du Sud puis à Hollywood où il s’efforce de populariser la chanson française. En 1942, à Rio de Janeiro, il écrit la musique de scène d’une nouvelle présentation de « On ne badine pas avec l’amour » que lui demande Louis Jouvet alors en tournée en Amérique du Sud. L’année suivante, il compose Si Eva se hubiese vestido (« Si Eve avait été vêtue »), une comédie musicale qui obtient un grand retentissement en Argentine où elle est créée.

La paix revenue, Paul Misraki retrouve la France où il compose bientôt la musique du Chevalier Bayard, opérette qui réunit notamment Yves Montand, Ludmilla Tcherina, Félix Oudard et Henri Salvador. Les textes sont de Bruno Coquatrix et André Hornez. Excusez du peu! Et pourtant cette belle production ne tient pas bien longtemps l’affiche du théâtre de l’Alhambra.

C’est comme compositeur de musique de films que les dons mélodiques de Paul Misraki font merveille. On lui doit la musique de plus de 160 longs métrages pour les plus grands metteurs en scène : « Les Orgueilleux » (Allégret), « Montparnasse 19″(Becker), « Monsieur Arkadine » (Welles), « Et Dieu créa la femme » (Vadim), « Les Cousins » (Chabrol), « Alphaville » (Godard)… Films gais, films policiers, films sentimentaux, films historiques ; composer pour le cinéma était une passion pour Misraki lequel savait chaque fois s’adapter à une situation nouvelle.

Paul Misraki a également à son actif une œuvre littéraire importante à laquelle il a consacré tout son temps au cours des dernières années de son existence.

De ce grand musicien, qui est décédé le 30 octobre 1998, à Paris, Reynaldo Hahn a pu écrire, lors de la création de Normandie :
« Que Paul Misraki soit un musicien doué, cela saute aux yeux et aux oreilles… »

OEUVRES LYRIQUES :


Légende : opé = opérette,  cm = comédie musicale
Le chiffre indique le nombre d’actes

Création Titre Auteurs Nature Lieu de la création
1936
3 oct
Normandie Decoin (Henri), Hornez (André) opé 3 Paris, Bouffes-Parisiens (Choiseul)
1937
déc
Double six    ? opé 1 Nancy
1944
7 juil
Si Eva se hubiese vestido
[Si Eve avait été vêtue]
Pondal Rios (Sixto), Olivari (Carlos A.) cm Argentine, Buenos-Aires, Teatro Astral
1948
1° oct
Chevalier Bayard (Le) Hornez (André), Coquatrix (Bruno) opé 2 Paris, Alhambra
1960 Petite datcha (La) [1] Soria (Georges), Hornez (André) cm Paris, Gramont
1966
7 oct
Mouche [2] Paul Misraki ? Paris, Porte-St-Martin

[1] arrangements d’airs folkloriques d’après un ouvrage créé à Moscou en 1934
[2]adaptation du musical US « Carnival » de Merrill et Stewart ; Misraki n’a fait que les paroles