Zeller Carl

zeller1

.

CARL ZELLER

1842 – 1998

I. BIOGRAPHIE
II. OEUVRES

Articles associés

REVUES ASSOCIEES

Revue n°94
Revue n°110

BIOGRAPHIE :


Carl Johann Adam Zeller est né le 18 juillet 1842 dans la charmante petite ville de Sankt Peter in der Au, en Basse-Autriche ; son père y est médecin et sa famille est originaire de Bohème, dans l’actuelle République tchèque. Parmi ses ancêtres immédiats, on trouve plusieurs générations de musiciens. A l’âge de sept mois, il perd son père, sa mère se remarie, mais il reçoit quand même une bonne éducation et grâce à sa jolie voix de soprano, il obtient une place chez les Wiener Sängerknaben, les Petits Chanteurs de Vienne. C’est toutefois un diplôme de droit qu’il décroche et le Dr Zeller devient fonctionnaire au Ministère de la Culture et de l’Education.

On compte d’autres fonctionnaires parmi les musiciens célèbres, notamment dans cette monarchie impériale et royale de l’Autriche-Hongrie, et aussi ailleurs : l’exemple de Moussorgski et de Chabrier vient immédiatement à l’esprit. Mais la plupart a renoncé tôt ou tard à ces fonctions, au profit de la musique. Zeller lui est resté fonctionnaire et a obtenu d’ailleurs diverses promotions, jusqu’à celle de « Ministerialrat », c’est-à-dire le numéro deux, si on range les titres dans un ordre d’importance décroissant, mais cela ne l’a pas empêché non plus de continuer à étudier la musique très à fond et ce, auprès des meilleurs maîtres, surtout S. Sechter qui forma Anton Bruckner.

Dès 1868, une de ses compositions est exécutée en public: « Szenen vom kölnischen Narrenfest » (« Scènes de la fête des fous de Cologne »), mais sa première œuvre lyrique est un opéra-comique, Joconde, sur un sujet écossais, joué avec succès en 1876. Ce seront ensuite deux opérettes, Die Carbonari (1880), à la donnée italienne, et Der Vagabund (« Le Vagabond », 1886) dont l’action compliquée se passe en Géorgie (ex-URSS). L’ouvrage n’a pas eu de succès permanent mais a dû être joué assez fréquemment.

Bien que les deux ouvrages aient démontré à suffisance les capacités de Zeller dans le domaine du phrasé musical, de l’invention mélodique et de l’orchestration, il faut quand même attendre Der Vogelhändler (« Le marchand d’oiseaux » ou « L’oiseleur »), pour que le musicien devienne célèbre. Mais cette fois, la célébrité sera mondiale et l’œuvre lui vaudra toute une série de flatteuses décorations officielles à l’étranger. A Vienne même, l’enthousiasme n’est pas aussi grand. Les chefs de Zeller au ministère trouvent qu’il est inconvenant pour un fonctionnaire d’écrire de la musique d’opérette…

L’ouvrage est créé en langue française à Bruxelles sous le titre Le marchand d’oiseaux (traduction exacte) et joué assez rarement en France sous la dénomination de L’Oiseleur.
Comme c’est le cas pour la majeure partie des opérettes viennoises anciennes, vraiment importantes, l’idée de base est empruntée à un sujet du Français Biéville, pseudonyme de Charles Desnoyers (1814-1880), auteur dramatique et critique français qui a écrit une cinquantaine de pièces et de vaudevilles. Il ne fait pas de doute que le succès retentissant de L’Oiseleur est dû en partie à la présence de Girardi dans le rôle d’Adam et à celui d’ Ilka Palmay en « Briefchristel », mais aussi aux mérites de la pièce elle-même. Le sujet en est frais, gracieux et plaisant. La musique est des plus spirituelles, pimpante et pétillante, pleine d’invention et particulièrement charmante.

Un Obersteiger, c’est un maître porion, mais c’est aussi le titre de l’opérette suivante de Zeller (1894), dont le sujet ressemble comme deux gouttes d’eau à celui de L’Oiseleur ; il est d’ailleurs des mêmes librettistes. La musique semble avoir été composée en parallèle avec celle de L’Oiseleur.

Der Kellermeister, c’est le caviste ; encore un métier et de plus encore un métier rare… Zeller s’attelle à une nouvelle partition, mais il ne la terminera pas et un autre, T. Brandl, le fera pour lui. Malgré une première très soignée et une partition encore charmante, le succès du Kellermeister n’est qu’éphémère et l’ouvrage disparaîtra du répertoire des théâtres.

Arrivé à la cinquantaine, fonctionnaire exemplaire, aimé et consciencieux, Zeller est atteint d’une maladie du cerveau, qui a peut-être entamé sa mémoire et ses facultés de jugement, car il est condamné par un jury à un an de prison pour parjure dans un litige au sujet d’un héritage. Le jugement est prononcé sur la base des affirmations d’un seul témoin (…). En outre, le jugement n’a pas été précédé d’une possibilité pour Zeller de se défendre, car il est absent : pour le soigner, on a en effet dû le transporter, complètement paralysé, à Baden, près de Vienne. Il meurt le 17 août 1898, à l’âge de 56 ans, sans avoir réalisé le déshonneur qui touche son nom et avant que la Cour de Cassation n’ait eu l’occasion de le réhabiliter.

A cette occasion, le ministre autrichien de la Culture et de l’Education, déclarera qu’on a flétri ici un homme « qui a procuré à son pays des honneurs et des mérites, loin au-delà des frontières de sa patrie. « 

DISCOGRAPHIE

Les enregistrements de Der Vogelhändler (L’Oiseleur) sont assez nombreux mais uniquement en allemand.  Retenons celui de Willi Boskovsky avec : Annelise Rothenberger, Renate Holm, Adolf Dallapozza, Walter Berry… publié chez EMI.

La firme cpo a enregistré Der Obersteiger, avec Santiago Bürgi, Cornelia Zink, Wolfgang Müller-Lorenz, Donna Ellen… sous la direction d’Herbert Mogg

L’ORTF a donné en 1969, une version française de L’Oiseleur avec Lina Dachary, Annick Simon, Janine Capderou, Michel Caron, Aimé Doniat, Bernard Plantey… sous la direction d’ Adolphe Sibert. Version non disponible dans le commerce.

OEUVRES LYRIQUES :


Légende : opé = opérette, oc = opéra-comique, sing = singspiel, vf = version française, vo = version originale
Le chiffre indique le nombre d’actes

Oeuvres représentées en Français :

Création Titre Auteurs Nature Lieu de la création
1896
21 oct
Le Marchand d’Oiseaux
[ =Der Vogelhändler]
Garnir (G.), Lagye (Gustave) opé 3 Belgique, Bruxelles (1° vf)
vo: Vienne 1891
2°vf: Bruxelles 1935
vf: Metz 1958 ?
1935
10 déc
Le Marchand d’Oiseaux [1] [=Der Vogelhändler] Mauprey (André), Garbier (G.) opé 3/6 Belgique, Bruxelles, Alhambra (2° vf)
vo: Vienne 1891
1°vf: Bruxelles 1896
vf: Metz 1958
1958
22 mars
Oiseleur (L’)
[=Le Marchand d’Oiseaux =Der Vogelhändler]
? opé 3 Metz
vo: Vienne 1891
1° vf : Bruxelles 1896
2° vf : Bruxelles 1935

[1] adaptation Bauckner

Versions originales ou oeuvres non représentées en Français :

Création Titre Auteurs Nature Lieu de la création
1876
18 mars
Jokonde West (Moritz), Moret oc 3 Autriche, Vienne, Theater an der Wien
1879
18 oct
Fornarina (Die) Zell (Friedrich), West (Moritz), Genée (Franz-Richard) oc 3 Autriche, Vienne, Theater an der Wienr
1880
27 nov
Carbonari (Die), , Zell (Friedrich), West (Moritz), Genée (Franz-Richard) opé 3 Autriche, Vienne, Carltheater
1886
30 oct
Vagabund (Der)
[Le Vagabond]
West (Moritz), Held (Ludwig) opé 3 Autriche, Vienne, Theater an der Wien
1891
10 janv
Vogelhändler (Der)
[Le Marchand d’Oiseaux ou L’Oiseleur ]
West (Moritz), Held (Ludwig) opé 3 Autriche, Vienne, Theater an der Wien
1° vf: Bruxelles 1896
2° vf: Bruxelles 1935
vf: Metz 1958
1894
5 janv
Obersteiger (Der) West (Moritz), Held (Ludwig) opé 3 Autriche, Vienne, Theater an der Wien
1901
21 déc
Kellermeister (Der) [1] [Le maître sommelier] West (Moritz) sing 3 Autriche, Vienne, Raimundtheater

[1] posthume, terminé par Brandl (K.)