Cordy Annie

cordy2

.

ANNIE CORDY

FANTAISISTE

I. BIOGRAPHIE

Articles associés

REVUES ASSOCIEES

Revue n°44
Revue n°95
Revue n°109
Revue n°117
Revue n°134
Revue n°149

BIOGRAPHIE :


Meneuse de revue, chanteuse, comédienne… Depuis plus de 50 ans, Annie Cordy vit une histoire d’amour avec son public…

Elle est née à Bruxelles. Elle a huit ans lorsque sa mère l’inscrit à un cours de danse. Elle apprend le piano et le solfège, tout en poursuivant ses études. Elle débute dans sa ville natale, mais très vite se rend à Paris…

Elle est engagée au Lido, mais plumes et paillettes ne sont pas vraiment son « truc ». Elle se produit au Moulin-Rouge, signe un contrat avec Pathé Marconi et obtient à Deauville le prix « Maurice Chevalier ».

Cette même année (1952), elle est engagée pour La Route Fleurie à l’ABC, où elle saura faire apprécier ses qualités de comédienne et de chanteuse. Elle quitte la pièce au bout de deux ans pour le tour de chant où elle obtient de beaux succès (« Fleur de papillon »….). En 1954, par exemple, elle est sur la scène de l’Olympia.

Pour le grand écran, elle apparaît dans Si Versailles m’était conté de Sacha Guitry et dans Le Chanteur de Mexico auprès de Luis Mariano et de Bourvil.

En 1955, elle reçoit le Grand Prix de l’Académie Charles Cros pour la chanson  » Oh Bessie  » l’année suivante c’est l’Amérique qui l’accueille…

Francis Lopez compose pour elle une nouvelle opérette, Tête de Linotte (1957) qu’elle interprète en compagnie de Jean Richard et Micaël Pieri. Dans Visa pour l’amour (1961) elle est la partenaire sur scène de Luis Mariano, dans Ouah! Ouah! (1965), celle de Bourvil.

Avec Darry Cowl comme compositeur et partenaire, elle crée Pic et Pioche (1967) et, en compagnie de Pierre Doris, « Indien vaut mieux que deux tu l’auras… » C’est à partir de Pic et Pioche que Jacques Mareuil, qu’elle a connu à l’époque de La Route Fleurie, collaborera fidèlement comme auteur et souvent comme interprète aux comédies musicales créées par Annie; il lui écrira également le texte de chansons qui auront un grand succès.

Au programme d’Annie Cordy opérettes et comédies musicales certes, mais également : enregistrements, tournages, séries télévisées, galas (elle en a fait plus de 6000 et a enregistré plus de 600 chansons) qui se succèdent à un rythme effréné.

En 1969, sous la direction de René Clément, Annie Cordy tourne Le passager de la pluie. Une révélation, la « rigolote » sait émouvoir! Ce qu’elle confirme dans Le Chat, aux côtés de Jean Gabin ou dans Rue Haute de André Ernotte (1976).

Mais Annie ne délaisse pas pour autant la comédie musicale. En 1972, elle crée à Paris Hello Dolly ! qui sera une belle réussite, les représentations à Mogador se prolongeant en province… L’ouvrage suivant, Nini la Chance, musique de Georges Liferman qui composa également pour Annie Cordy moult chansons à succès, est créé à Avignon puis Paris (1976). Ce sera également un beau succès ainsi que la comédie musicale suivante, Envoyez la musique ! (1982), musique de Gérard Gustin.

Au théâtre, en 1994, son interprétation de La Célestine, de Fernando de Rojas, consacre son talent dramatique.

Pour la télévision, elle tourne L’Avare de Molière, Les fiançailles de feu de Didier Decoin, Madame S.O.S. de Marcel Mithois… et aussi Sans cérémonie avec son complice et ami Charles Aznavour.

En septembre 1998, retour à l’Olympia à l’Olympia, pour une série de récitals qui a permis à la star des retrouvailles enthousiastes avec son fidèle public. Elle entrait alors en scène en déclarant : « Ça fait cinquante ans que j’ai vingt ans! ».