Dunand Michel

michel dunand

.

MICHEL DUNAND

1940-1998
FANTAISISTE, METTEUR EN SCENE

I. BIOGRAPHIE

Articles associés

REVUES ASSOCIEES

Revue n°40
Revue n°81
Revue n°85
Revue n°86
Revue n°93
Revue n°100
Revue n°110

BIOGRAPHIE :


Michel Dunand est né à Marseille le 19 septembre 1940. Il devait disparaître fin 1998.

Il débute sur scène à l’âge de six ans dans une troupe de théâtre d’enfants… Plus tard, très attiré par le lyrique, il entre au Conservatoire de Marseille où il obtient plusieurs premiers prix : chant, opéra-comique et même comédie.

Michel Leduc, alors directeur de l’Opéra d’Avignon, l’engage, ce qui permet au jeune Michel d’apprendre son métier dans les meilleures conditions.

En 1966, Henri Varna lui confie le rôle de Pierino dans la reprise des Amants de Venise donnée à Mogador avec ses créateurs Marcel Merkès et Paulette Merval. Un an plus tard, un nouvel ouvrage, Vienne chante et danse, toujours avec le couple Merkès/Merval, permet au jeune interprète de confirmer ses talents de fantaisiste. Les deux années de la carrière parisienne de l’ouvrage se poursuivent deux saisons supplémentaires en province.

Puis ce sera la ronde des théâtres de province, avec un répertoire qui s’enrichit chaque année de nouveaux rôles : du Pays du Sourire à Gipsy en passant par Ciboulette, La Fille de Madame Angot, Phi-Phi, La Route Fleurie, Ignace, L’Auberge du Cheval Blanc, Le Corsaire Noir, Paganini, Un de la Canebière… et des dizaines d’autres titres.

En 1972 au « Sébasto » de Lille, il crée Pêcheur d’Étoiles de et avec Alain Vanzo, une opérette qu’il interprétera l’année suivante sur la scène de la salle Favart. En 1978, il sera au Châtelet pour Rose de Noël la dernière opérette donnée avant que le temple de l’opérette se transforme en « Théâtre Musical de Paris ». On retrouvera encore Michel Dunand dans la capitale pour tenir le rôle titre d’Ignace lors des représentations données au théâtre de la Renaissance (1981).

Infatigable, Michel Dunand aborde la mise en scène tout en poursuivant sa carrière d’interprète. Parmi ses nombreuses réalisations, on citera Carmen (Canada), Nabucco (Avignon), Manon, Faust, Lakmé… En opérette : Rêve de Valse, Le Pays du Sourire, Quatre Jours à Paris…

En 1991, il met en scène une nouvelle version en allemand des Cloches de Corneville qui est donnée à Klagenfurt en Autriche. En 1992, ce sont Les Mousquetaires au Couvent salle Favart et en province : une belle série de représentations. Puis No, No, Nanette une coproduction entre plusieurs grandes scènes. En 1996, il met en scène et interprète une nouvelle production de Monsieur Carnaval à Bordeaux ; l’ouvrage est donné dans plusieurs autres villes, mais la maladie empêche Michel Dunand d’assurer l’ensemble de la série de représentations…

Sachons encore que Michel Dunand a participé à plusieurs feuilletons télévisés ou émissions de variétés ; il a enregistré les intégrales de Véronique (Loustot) et de L’Auberge (Célestin), ainsi que la sélection du Pêcheur d’Étoiles.