Votre magazine musical

Opérette – Théâtre Musical : Le magazine musical

Opérette – Théâtre Musical est une revue créée par et pour des passionnés d’opérette, opéra-comique,
comédie musicale, spectacle musical. Tous les trimestres, le magazine Opérette – Théâtre Musical recense
toute l’actualité et les nouveautés liées à la Comédie Musicale.
Découvez ci-dessous le sommaire du dernier numéro de votre magazine Opérette – Théâtre Musical.

ABONNEZ-VOUS

LE NUMÉRO EN COURS

Opérette – Théâtre Musical : magazine
n° 185  novembre  2017

couv 185

REVUE N°185

Articles associés

OEUVRES ASSOCIÉES
Le Baron Tzigane
Grand hôtel
Grease
L’Impératrice (Kalman)
L’Oiseleur
Saison in Salzburg
La Veuve joyeuse
Le Tzarevitch
Yes

ARTISTES ASSOCIÉS
Bourvil
Pierre Le Hémonet
Claude Milon
Bernard Pisani
Pauline Sabatier
Pierre Sybil

ARTICLES DE FOND
Le Baron tzigane
La Poupée (Audran)

 

SOMMAIRE

Vous retrouverez dans ce numéro les comptes rendus détaillés des articles suivants :

LES SPECTACLES PARISIENS

La Veuve joyeuse   à l’Opéra Bastille.
Il s’agissait de la reprise de la mise en scène de Jorge Lavelli donnée il y a vingt ans au Palais Garnier puis, l’an suivant, à l’Opéra Bastille. La distribution actuelle comprenait Véronique Gens dans le rôle d’Hanna Glawari pour lequel elle fait preuve d’une grande musicalité, et Thomas Hampson dans celui de Danilo qui compense une légère perte d’aigus par une présence permanente. Autre couple remarquable, celui de Valentina Nafornita en Valencienne et Stephen Costello en Camille. Ils étaient entourés de Franck Leguérinel, d’Alexandre Duhamel ainsi que de Siegfried Jerusalem qui, à 77 ans, tenait le rôle de Njegus. L’orchestre était dirigé par un jeune chef tchèque, Jacub Hrůša.

Yes  au Théâtre Trévise.
Après les représentations données en 2016, « Les Frivolités Parisiennes » ont repris leur spectacle dans plusieurs villes : Saint-Dizier, Paris, Compiègne et Saint-Quentin. C’est à Paris, au Théâtre Trévise, que nos rédacteurs ont pu apprécier ce spectacle mis en scène par Christophe Mirambeau et joué et chanté par une dizaine d’excellents artistes dont Sandrine Buendia, Léovanie Raud, Guillaume Durand, Guillaume Paire, accompagnés par deux remarquables pianistes.

Grease  au Théâtre Mogador.

Grease

Stage Entertainment présente, depuis le 28 septembre 2017, une version nouvelle, totalement repensée, de cette comédie musicale mise en scène par l’australien Martin Michel et accompagnée par l’orchestre de Dominique Trottein. Elle est menée avec une énergie communicative par une solide équipe de jeunes dont : Alexis Loizon incarnant le chef des T. Birds, Alyzée Lalande dans le rôle de Sandy. Tous les rôles dits secondaires sont également à la hauteur de ces deux héros avec Yanis Si Ah, Alexandre Faitrouni, Emmanuelle N’zuzi, Astou Malva… Un spectacle parfaitement réussi.

Notre rubrique aborde également les spectacles suivants :

Les P’tites Michu, une opérette d’André Messager montée par Les Brigands à l’Athénée, compagnie qui présente également une adaptation de l’opérette de Raoul Moretti : Un soir de réveillon, au cabaret La Nouvelle Eve.
Welcome to Woodstock, un “road trip musical et psychédélique” autour de grands succès des années “beatniks” au Théâtre Comédia.
Yolanda, le premier jour, un spectacle autour des chansons de Dalida à La Folie Théâtre.
La Famille Addams, au Palace
West Side Story, à La Seine Musicale, en préfiguration du centenaire de Bernstein.

woodstock

et présente divers autres ouvrages en préparation, sans oublier les « Spectacles familiaux et jeune public » : Peter Pan, Un Conte du Chat Perché, Un amour de Tortue, Le Baiser du jouet, Le Livre de la Jungle, Robin des bois, Emilie Jolie….

A l’Opéra Comique

Comte Ory

Ce numéro d’Opérette-Théâtre-Musical vous présente également, de façon très détaillée, la saison à venir de cette illustre maison ; parmi les ouvrages donnés :
– une production originale de La Flûte enchantée, de Mozart
Le Comte Ory, un opéra bouffe de Rossini
Le Mystère de l’écureuil bleu, un thriller lyrique
La Princesse légère, de Violeta Cruz
Le Domino noir, l’un des chefs d’œuvre d’Auber
Marouf, savetier du Caire, d’Henri Rabaud
La Nonne sanglante, la résurrection du premier opéra de Charles Gounod

DE CI, DE LÀ, sur les scènes des régions :

Le Festival angevin d’opéra bouffe
a proposé à son public deux ouvrages autour du mythe de Faust :
Faust et Marguerite, de Frédéric Barbier, mettant en scène les querelles de deux interprètes du Faust de Gounod
Le Petit Faust, l’un des triomphes d’Hervé parodiant ce même Faust de Gounod.

Ath :
Le Baron tzigane

Baron Tzigane

Après la présentation détaillée de cette grande opérette de Johann Strauss, le compte-rendu d’un spectacle très agréable à voir et à entendre, interprété par Catherine Mauffroy, Ania Wosniak, les frères Bertrand et Lionel Lhote, Fabrice Pillet et Xavier Flabat.

Bordeaux :
La Vie parisienne

Vie parisienne
C’est à l’occasion de l’arrivée du nouveau TGV à Bordeaux qu’a été programmée à l’Opéra une Vie parisienne signée Vincent Huguet pour la mise en scène, Kader Attou pour la chorégraphie et dirigée par Marc Minkowski. C’est la version en 4 actes de 1873 qui a été retenue, avec ajout de l’air de la Baronne de la version originale. Se déroulant dans des décors originaux et placé sous le signe de la vitesse avec notamment une importante participation du ballet de Bordeaux, l’ouvrage est interprété par Anne-Catherine Gillet, Marie-Adeline Henry, Aude Extremo, Marc Barrard, Philippe Talbot, Enguerrant de Hys et Mathias Vidal, pour les rôles principaux.
Article complété par un encart sur les différentes versions de La Vie parisienne.

LES  FESTIVALS  DE  L’ETE

Aix-les-Bains :
un festival exclusivement dédié à Paris. Après le grand gala d’ouverture «  ça c’est Paris » qui passe en revue un très grand nombre de chansons puisées parmi celles de la Belle Epoque et au-delà, le festival s’est ouvert avec :
Quatre jours à Paris, avec Grégory Benchenafy, Marion Préïté, Mathilde Hennekine, Julie Morgane, Laurence Janot et Pierre Sybil.
La Vie parisienne, là encore un excellent spectacle avec David Eguren, Alain Tournay, Jean-Christophe Born, Grégory Juppin et, chez les dames, Laurence Janot, Marion Baglan et Julie Morgane, tous sous la direction de Bruno Conti.

 Barie :

Coscoletto

2 Offenbach rares :

La Rose de Saint-Flour, une des premières opérettes d’Offenbach, ici chantée par Carole Defontaine, Cyril Fargues et Damien Féral

Coscoletto ou le Lazzarone, créé à Bads Ems en 1865 mais jamais repris en France, ici créé en langue française ; avec Claire Baudouin, Magali Klippfel, Audrey Hostein, Jean-Marc Choisy, Christian Lara…

Bruniquel :
Orphée aux Enfers 
; pour cette reprise de l’œuvre emblématique d’Offenbach, déjà donnée en 2007, Frank T’Hézan a imaginé une nouvelle mise en scène bien défendue par Aude Fabre, Jeanne-Marie Lévy, Emmanuelle Zoldan, Xavier Mauconduit, Frank T’Hézan, Christophe Craper, Dominique Desmons…

Etretat :
Une édition du festival Offenbach placée sous le signe du fantastique comportant entre divers concerts :
La Leçon de chant électromagnétique, une bouffonnerie musicale
Les Trois baisers du Diable, une opérette fantastique
les deux, avec Anaïs Constant, Georgina Moreau, Yves Coudray, Marc Labonnette…

Lamalou-les-Bains

Aubergeparmi les spectacles proposés, nous avons vu :

– Un Hommage à Fernand L’Huillier qui fut un grand metteur en scène et longtemps le directeur de ce festival

L’Auberge du Cheval blanc, avec Sandra Giambra, Karine Gossart, Fabrice Todaro et Daniel Capelle dans une version peu conventionnelle

Au Pays du soleil, la première grande opérette marseillaise de Vincent Scotto. A l’affiche du festival : Elisabeth Aubert, Carole Clin, Philippe Béranger, Claude Deschamps, Michel Delfaud…

La Fille de Madame Angot, dans la relecture joyeuse de Frédéric L’Huillier, avec Caroline Géa, Amandine Perret, Carole Clin, Jean Goyetche, Sébastien Gabillat…

Pomme d’Api, un des chefs d’œuvre en un acte d’Offenbach, ici accompagné au piano, avec Karine Gossart, Sébastien Gabillat et Guy Bonifiglio.

 Nice :
La belle Hélène,
donnée à l’Opéra, dans une remarquable mise en scène de Bernard Pisani, avec Pauline Sabatier, Jérémy Duffau, Roman Nédélec, Richard Rittelmann, Michel Vaissière, Serge Manguette…

LES  FESTIVALS  en Autriche

Bad Ischl :
Saison in Salsburg, une opérette de Fred Raymond, peu connue en France bien qu’elle ait fait l’objet d’une adaptation sous le nom de Vacances au Tyrol (créée à Verviers en 1967, avec Robert Lamander).
La Veuve joyeuse, bien qu’un emblème de l’opérette viennoise, cette œuvre n’avait pas été donnée depuis au moins dix ans à ce festival. Elle est ici donnée dans une interprétation décapante et quasiment dans un décor unique.
L’Impératrice Joséphine, l’une des dernières opérettes de Kálmán (1936). L’action se situe en France, sous le Consulat, au camp de Bonaparte et dans les quartiers généraux. Un très beau spectacle de plus de trois heures !

Baden :

ZarevitchLe Tzarevitch, dans une mise en scène de Michael Lakner fondée sur la quasi permanence d’un huis clos se déroulant dans unique décor qui se transforme au fil des actes tout en restant clos.

Orphée aux Enfers, dans la version de 1858, mais située de nos jours ; le premier acte dans une cuisine blanche bien encombrée et Orphée est devenu professeur de tennis ; les autres actes sont aussi en décalage avec la version originale.

Grand hôtel, une comédie musicale de Robert Wright et George Forrest, complétée par Maury Yeston et inspirée du roman de Vicky Baum. Un spectacle à la fois fort, émouvant et jubilatoire.

Mörbisch :
L’oiseleur, de Carl Zeller, qui connut un immense succès et continue de tenir une place non négligeable dans les pays d’expression allemande ; les représentations de Mörbisch resteront à coup sûr dans les annales, ne serait-ce que par leur splendeur esthétique.

NOS RENCONTRES
 

Pisani

 

Sabatier

 

Pierre Sybil

 

 

 

 

 

Bernard Pisani nous présente sa conception de La Belle Hélène qu’il a mise en scène à l’Opéra de Nice puis parle de son actualité, notamment du spectacle Nijinski actuellement en tournée.
Pauline Sabatier évoque ses débuts de mezzo dans la carrière de chanteuse d’opéra ou d’opérette et nous confie son approche du personnage d’Hélène à l’Opéra de Nice.
Pierre Sybil, ce grand artiste évoque en deux pages ses cinquante années consacrées au lyrique, de son enfance à Dole à la direction du festival d’Aix-les-Bains, en passant par les points forts de sa carrière.

ARTICLE  DE  FOND

La Poupée d’Edmond Audran
L’opérette, l’une des dernières de l’auteur de La Mascotte, est non seulement résumée mais aussi replacée dans le contexte de son époque, marquée par la fin d’une génération, celle de la grande période du genre,

NOS  HOMMAGES

Tout d’abord à deux grandes figures de la scène : Pierre Le Hémonet (1920 – 2017) et Claude Milon (1925 – 2017)
Puis une évocation de la carrière de Bourvil qui aurait eu cent ans cette année.

LE MAGAZINE DES REGIONS

Vous y retrouverez la présentation rapide des spectacles à venir et le compte-rendus de la tournée La Chauve-souris.

LES PROGRAMMES

Tous les opéras, les opérettes, les comédies musicales…  jusqu’ en mars 2018

 

.

7,5€
Frais d’envoi gratuits

Commander un numéro